Poème 'Sonnet faict apres le sermon du jour de la trinité 1548' de Mellin de SAINT-GELAIS

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Mellin de SAINT-GELAIS > Sonnet faict apres le sermon du jour de la trinité 1548

Sonnet faict apres le sermon du jour de la trinité 1548

Mellin de SAINT-GELAIS

à Esclairon

Je suis jaloux, je le veulx confesser,
Non d’aultre amour qui mon coeur mette en crainte,
Mais des amys de la parolle saincte,
Pour qui j’ai veu madame me laisser.

Je commençois à propos luy dresser
Du jeune archier dont mon ame est attainte,
Quand, s’esloignant de moy et de ma plainte,
A un prescheur elle alla s’adresser.

Qu’eussé je faict, fors souffrir et me taire ?
Il devisa du celeste mistere,
De trois en un et de la passion ;

Mais je ne croy qu’elle y sceut rien comprendre
Quand l’union de deux ne sçait apprendre,
Ny de ma croix avoir compassion.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS