Poème 'Sonnets de la Mort – 10 – Mais si mon foible corps qui comme l’eau s’escoule' de Jean de SPONDE dans 'Essai de quelques poèmes chrétiens'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de SPONDE > Sonnets de la Mort – 10 – Mais si mon foible corps qui comme l’eau s’escoule

Sonnets de la Mort – 10 – Mais si mon foible corps qui comme l’eau s’escoule

Jean de SPONDE
Recueil : "Essai de quelques poèmes chrétiens"

Mais si mon foible corps qui comme l’eau s’escoule,
(Et s’affermit encor plus longtemps qu’un plus fort,)
S’avance à tous moments vers le sueil de la mort,
Et que mal dessus mal dans le tombeau me roule,

Pourquoy tiendray-je roide à ce vent qui saboule
Le Sablon de mes jours d’un invincible effort ?
Faut-il pas resveiller cette Ame qui s’endort,
De peur qu’avec le corps la Tempeste la foule ?

Laisse dormir ce corps, mon Ame, et quant à toy
Veille, veille et te tiens alerte à tout effroy,
Garde que ce Larron ne te trouve endormie :

Le poinct de sa venüe est pour nous incertain,
Mais, mon Ame, il suffist que cest Autheur de Vie
Nous cache bien son temps, mais non pas son dessein.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Licorne rose invisible
    --------------------

    Au parc de la licorne un long siècle s’écoule ;
    Indolente, elle veille, et paisible, elle dort,
    Sa vie n’est guère plus que ne serait la mort,
    Le même jour toujours survient et se déroule.

    Cet animal obscur se maintient, loin des foules,
    Savourant les plaisirs qu’on obtient sans effort,
    Laissant par le vitrail entrer le vent du Nord
    Et dans le grand salon s’égarer quelques poules.

    Licorne sans passion, qui suit une humble loi :
    Veiller sans inquiétude et vivre sans effroi,
    Et ne rien agiter dans cette âme endormie.

    Il règne sur le parc un apaisant brouillard
    Qui porte la fraîcheur aux plantes, ses amies,
    Et leur narre un récit du Maître Chevillard.

Rédiger un commentaire

Jean de SPONDE

Portait de Jean de SPONDE

Jean de Sponde (Joanes Ezponda, en basque), né en 1557 à Mauléon (Pays Basque) et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque français. Né dans une famille liée à la cour de Navarre, élevé dans un milieu protestant et austère, brillant élève, il reçoit de Jeanne d’Albret, mère de Henri IV, une bourse... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto