Poème 'Sonnets de la Mort – 09 – Qui sont, qui sont ceux-là, dont le cœur idolâtre' de Jean de SPONDE dans 'Essai de quelques poèmes chrétiens'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de SPONDE > Sonnets de la Mort – 09 – Qui sont, qui sont ceux-là, dont le cœur idolâtre

Sonnets de la Mort – 09 – Qui sont, qui sont ceux-là, dont le cœur idolâtre

Jean de SPONDE
Recueil : "Essai de quelques poèmes chrétiens"

Qui sont, qui sont ceux-là, dont le cœur idolâtre,
Se jette aux pieds du Monde, et flatte ses honneurs,
Et qui sont ces valets, et qui sont ces Seigneurs,
Et ces âmes d’Ebène, et ces faces d’Albâtre ?

Ces masques déguisés, dont la troupe folâtre
S’amuse à caresser je ne sais quels donneurs
De fumées de Cour, et ces entrepreneurs
De vaincre encor le Ciel qu’ils ne peuvent combattre ?

Qui sont ces louvoyeurs qui s’éloignent du Port ?
Hommagers à la Vie, et félons à la Mort,
Dont l’étoile est leur Bien, le Vent leur fantaisie ?

Je vogue en même mer, et craindrais de périr
Si ce n’est que je sais que cette même vie
N’est rien que le fanal qui me guide au mourir.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Abel-Baal et Baal-Caïn
    ------------------------

    Le ver Baal, qui plus tard fut dieu des idolâtres,
    En ses deux héritiers, jadis, mit son honneur,
    Grands serpents l’un et l’autre, animaux randonneurs;
    Hélas, pour une pomme ils ont voulu se battre.

    Ils n’ont rien partagé, dans le printemps folâtre,
    Car de la même dame ils voulaient le bonheur,
    Chacun du fatal fruit se voulant le donneur,
    Comme si cette reine eût été Cléopâtre.

    Chacun, dans le combat, fut saigné comme un porc,
    Cet Abel, ce Caïn sont unis dans la mort
    Quand d’être tentateurs il leur prit fantaisie.

    Or, ce double trépas ne fit point dépérir
    Celui qui leur avait, c’est vrai, donné la vie,
    Mais sans leur enseigner la crainte de mourir.

Rédiger un commentaire

Jean de SPONDE

Portait de Jean de SPONDE

Jean de Sponde (Joanes Ezponda, en basque), né en 1557 à Mauléon (Pays Basque) et mort le 18 mars 1595 à Bordeaux, est un poète baroque français. Né dans une famille liée à la cour de Navarre, élevé dans un milieu protestant et austère, brillant élève, il reçoit de Jeanne d’Albret, mère de Henri IV, une bourse... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto