Poème 'Une amoureuse ardeur' de Jean-Antoine de BAÏF dans 'Amours de Francine'

Une amoureuse ardeur

Jean-Antoine de BAÏF
Recueil : "Amours de Francine"

Une amoureuse ardeur,
S’elle n’est feinte,
Ne chasse point du coeur
Soupçon et creinte.

Tel est l’état d’Amour
 » Qui les liesses
 » Echange tour à tour
 » Et les tristesses.

Plus je suis amoureux,
Plus je soupçonne
Que ton coeur langoureux
Ailleurs s’adonne.

J’ay de toy bien souvent
Belles paroles,
Mais j’écri dans le vent
Telles frivoles.

Si pareille à ma foy
Estoit la tienne,
Tu essayrois dans toy
La peine mienne.

Comme en tant que je puis,
L’amour fidelle,
Dont obligé me suis,
Je te decele,

Ainsi de ton pouvoir
Ton amour grande
Or tu me ferois voir
A ma demande.

Si ton coeur ne dement
Ta voix certaine,
Prouve moy donc comment
Elle n’est vaine.

Si nos coeurs mesmes sont,
Je m’emerveille
Que tous deux ils ne vont
A fin pareille.

Le vouloir et l’amour
Sont chose mesme,
Quand d’un mesme retour
L’un et l’autre aime.

Où mesme est le vouloir
Et la puissance,
Qui garde de valoir
La jouissance ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jean-Antoine de BAÏF

Portait de Jean-Antoine de BAÏF

Jean-Antoine de Baïf, né à Venise le 19 février 1532, de mère inconnue, et mort à Paris le 19 septembre 1589, est un poète français. Fils de Lazare de Baïf, Jean-Antoine de Baïf, ami de Pierre de Ronsard et membre de la Pléiade, se distingue comme le principal artisan de l’introduction, en France, d’une... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto