Poème 'A poor young shepherd' de Paul VERLAINE dans 'Romances sans paroles'

A poor young shepherd

Paul VERLAINE
Recueil : "Romances sans paroles"

J’ai peur d’un baiser
Comme d’une abeille.
Je souffre et je veille
Sans me reposer :
J’ai peur d’un baiser !

Pourtant j’aime Kate
Et ses yeux jolis.
Elle est délicate,
Aux longs traits pâlis.
Oh ! que j’aime Kate !

C’est Saint-Valentin !
Je dois et je n’ose
Lui dire au matin…
La terrible chose
Que Saint-Valentin !

Elle m’est promise,
Fort heureusement !
Mais quelle entreprise
Que d’être un amant
Près d’une promise !

J’ai peur d’un baiser
Comme d’une abeille.
Je souffre et je veille
Sans me reposer :
J’ai peur d’un baiser !

Poème préféré des membres

angi a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ainsi, Valentin
    Fait peur à Verlaine !
    Il tremble au matin,
    Ce berger des plaines,
    Devant Valentin.

    Il perd son latin,
    Il est à la peine,
    Son coeur est butin,
    Son coeur est aubaine,
    Il perd son latin.

    Quel triste destin,
    Ce coeur qu'on enchaîne !
    Le coeur enfantin
    Du pauvre Verlaine,
    Quel triste destin.

Rédiger un commentaire

Paul VERLAINE

Portait de Paul VERLAINE

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L’emploi de rythmes impairs, d’assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l’univers des Romances sans paroles des plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto