Poème 'Adieux d’un suicide' de Jules LEFÈVRE-DEUMIER dans 'Le Parricide'

Adieux d’un suicide

Jules LEFÈVRE-DEUMIER
Recueil : "Le Parricide"

Devota morti, et consecrata victima
projeci amorem lucis.
BUCHANAN, Jephté.

En ma jeune saison j’aimai d’amour extrême ;
J’ai reposé ma bouche aux lèvres de Lénor.
Hélas ! j’aurai sans doute offensé ce que j’aime ;
Lénor de ses baisers m’a repris le trésor.

Oui Lénor, j’ai failli, car je fus trop fidèle.
Un nom cher et sacré m’animait aux combats ;
Et je le trace encor quand je m’éloigne d’elle :
Je meurs, et malgré moi je le redis tout bas.

Jeune enfant, mon armure a gardé ton écharpe ;
Quelle autre sur mon casque attacha le cimier ?
Ta main seule et la mienne ont fait pleurer ma harpe ;
Et mon front sur le tien s’est posé le premier.

Je sens depuis long-temps ton âme qui me quitte :
Mon âme à cet exil ne peut plus consentir ;
Du crime de ma mort mon désespoir t’acquitte :
Puisses-tu même, hélas, ne pas t’en repentir !

O ma mère ! pardon si je suis sans courage ;
Pardon, je suis coupable envers tes cheveux blancs :
Te voilà veuve encor ; tu guidas mon jeune âge,
Et moi je me refuse à tes vieux pas tremblans.

En apprêtant ma mort j’ai pleuré sur mes armes :
Si jamais, jeune enfant, tu te souviens de moi,
Sois propice à ma mère et pleure de ses larmes ;
Rends à ses jours l’appui qu’ils ont perdu par toi.

Je ne pourrais mourir si je tardais encore,
Et je ne veux plus vivre. Adieu, tous mes amis !
Lénor, c’est maintenant mon tombeau qui t’implore ;
Donne-lui quelques pleurs, je me le suis promis.

Passy, août 1820.

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Portait de Jules LEFÈVRE-DEUMIER

Jules Lefèvre-Deumier, né le 14 juin 1797 à Paris où il est mort le 11 décembre 1857, est un écrivain et poète français. Son vrai nom était Lefèvre, auquel il ajouta Deumier en hommage à une tante qui lui avait légué sa fortune, assez considérable. Profondément romantique, ses modèles étaient André Chénier et Byron.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto