Poème 'Aux saints' de Germain NOUVEAU dans 'Autres vers'

Aux saints

Germain NOUVEAU
Recueil : "Autres vers"

Si, tous les matins de nos fêtes,
Nous chantions tous avec amour
Sur les harpes des saints prophètes
Nos prières qui sont parfaites,
Je ne serais pas dans la cour.

Si nous récitions nos prières
Dans le crépuscule du soir
Avec des lèvres régulières,
Avant d’allumer les lumières,
Je ne serais pas au chauffoir.

Si les yeux remplis de beaux songes,
Nous demandions, quand vient le jour,
Au ciel qui voit tous nos mensonges
L’humble foi du pêcheur d’éponges,
Je ne serais pas dans la cour.

Et quand la lampe s’est éteinte,
Si nous sentions sur nos lits noirs
La caresse d’une aile sainte,
Attendant que l’Angelus tinte,
Je ne serais pas au dortoir.

Si l’homme s’oubliait lui-même
Pour ses frères, comme un retour
Des bienfaits du Seigneur qui l’aime,
Qui le marque de son Saint-Chrême,
Je ne serais pas dans la cour ;

Et si nous, les fous de Bicêtre,
Nous avions fait notre devoir,
Le devoir dicté par son prêtre,
Nous serions au parloir peut-être,
Ce ne serait pas ce parloir.

Sans le diable qui nous malmène,
Nul, avec les yeux de son corps,
N’aurait vu ma figure humaine
Dans la cour où je me promène
Et dans le dortoir où je dors.

(Poème écrit à Bicêtre)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Très beau poème qu'il faudrait sans la ranger dans la catégorie des fleurs de la grande dépression nerveuse, du fameux "long dérèglement de tous les sens". Au contraire du monde moderne, qui réduit tout cela au "syndrome maniaco-dépressif", le monde antique lui avait profondément compris et respecté ces anges de l'hyper-lucidité. Germain Nouveau a été fût non seulement un poète "sincère" mais un initié au sens antique du terme..

Rédiger un commentaire

Germain NOUVEAU

Portait de Germain NOUVEAU

Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français. Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto