Poème 'Ciel, air et vents, plains et monts découverts' de Pierre de RONSARD dans 'Premier livre des Amours'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Pierre de RONSARD > Ciel, air et vents, plains et monts découverts

Ciel, air et vents, plains et monts découverts

Pierre de RONSARD
Recueil : "Premier livre des Amours"

Ciel, air et vents, plains et monts découverts,
Tertres vineux et forêts verdoyantes,
Rivages torts et sources ondoyantes,
Taillis rasés et vous bocages verts,

Antres moussus à demi-front ouverts,
Prés, boutons, fleurs et herbes roussoyantes,
Vallons bossus et plages blondoyantes,
Et vous rochers, les hôtes de mes vers,

Puis qu’au partir, rongé de soin et d’ire,
A ce bel oeil Adieu je n’ai su dire,
Qui près et loin me détient en émoi,

Je vous supplie, Ciel, air, vents, monts et plaines,
Taillis, forêts, rivages et fontaines,
Antres, prés, fleurs, dites-le-lui pour moi.

Poème préféré des membres

ecnaida a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Coq d’azur
    -------------

    Ce coq d’azur, nous l’avons découvert
    Dans sa maison aux parois chatoyantes ;
    Il nous ouvrit son âme clairvoyante
    Et nous mena dans son beau jardin vert.

    En un kiosque est un grand livre ouvert
    Où l’on distingue une encre rougeoyante :
    C’est, dicté par sa muse flamboyante,
    Le lourd recueil de ses élégants vers.

    Jamais ne sont de vindicte ni d’ire,
    Mais bien, toujours, propos plaisants à dire,
    De beaux sermons pour gens bien élevés.

    Mais ce grand coq, ce seigneur de la plaine,
    Ce magicien des divines fontaines,
    N’existe pas, je l’ai juste rêvé.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS