Poème 'Destinée arbitraire' de Robert DESNOS dans 'C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »'

Destinée arbitraire

Robert DESNOS
Recueil : "C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »"

À Georges Malkine

Voici venir le temps des croisades.
Par la fenêtre fermée les oiseaux s’obstinent à parler
comme les poissons d’aquarium.
À la devanture boutique
une jolie femme sourit.
Bonheur tu n’es que cire à cacheter
et je passe tel un feu follet.
Un grand nombre de gardiens poursuivent
un inoffensif papillon échappé de l’asile
Il devient sous mes mains pantalon de dentelle
et ta chair d’aigle
ô mon rêve quand je vous caresse !
Demain on enterrera gratuitement
on ne s’enrhumera plus
on parlera le langage des fleurs
on s’éclairera de lumières inconnues à ce jour.
Mais aujourd’hui c’est aujourd’hui
Je sens que mon commencement est proche
pareil aux blés de juin.
Gendarmes passez-moi les menottes.
Les statues se détournent sans obéir.
Sous leur socle j’inscrirai des injures et le nom
de mon pire ennemi.
Là-bas dans l’océan
Entre deux eaux
Un beau corps de femme
Fait reculer les requins
Ils montent à la surface se mirer dans l’air
et n’osent pas mordre aux seins
aux seins délicieux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Voici venir le temps des légendes sacrées
    Par les feuillets froissés les héros d'autrefois s'obstinent à exister
    comme les personnages de bande dessinée
    Sur la couverture cartonnée
    la jolie femme du charpentier sourit.
    Bonheur tu n’es que de l'eau transformée en pinard
    et je passe tel un illusionniste
    Un grand nombre de cloportes poursuivent
    un inoffensif rhinocéros traversant la savane
    Il devient sous mes mains couronne de César
    au vrai goût de fenouil
    ô mon rêve quand trace ces lignes !
    Demain on triplera les pensions de retraite
    on n'aura plus peur de recevoir le ciel sur la tête
    on parlera le langage des feuilles de saule
    on s’éclairera de lucioles qui diront ce poème
    Mais ce jour d'octobre est ce jour d'octobre
    Je sens que néanmoins cela touche au sublime
    pareil aux statues martiennes
    Cloportes passez-moi les cartes à jouer
    Les étoiles à neutrons se contractent sans obéir
    Sur un menhir maudit le sphinx trace le nom
    du cruel roi Hérode
    Là-bas dans une étable
    Entre le boeuf et l'âne gris
    Le sourire de la femme du charpentier
    Fait reculer les trois rois mages
    Ils vont à la cuisine où l'on a ouvert du vin blanc
    et n’osent pas vider ces trois bouteilles
    Dont il respirent le doux parfum

  2. (erratum au vers douze :
    "quand *je* trace ces lignes").

  3. (erratum au dernier vers :
    "dont *ils* respirent").

  4. Voici venu le temps des récits légendaires ;
    Par les feuillets froissés continuent d'exister
    Les héros dont jadis mon coeur fut enchanté,
    Ceux dont la destinée sortait de l'ordinaire.

    Sur un menhir maudit, le nom du sanguinaire
    Hérode fut inscrit par un druide exalté ;
    Cela survint aux jours de la Nativité
    Qui virent voyager trois grands rois de la Terre.

    Les rois ont rencontré, caché dans une étable,
    Un enfant nouveau-né, leur Seigneur véritable,
    Auquel ils ont rendu un hommage tremblant.

    Le charpentier, pour eux, a sorti trois calices ;
    Et, pour les trois vieillards, déjà, c'est un délice
    De respirer l'odeur de ce petit vin blanc.

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto