Poème 'J’ay tant vescu, chetif, en ma langueur' de Etienne de LA BOETIE dans 'Vingt neuf sonnetz'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Etienne de LA BOETIE > J’ay tant vescu, chetif, en ma langueur

J’ay tant vescu, chetif, en ma langueur

Etienne de LA BOETIE
Recueil : "Vingt neuf sonnetz"

J’ay tant vescu, chetif, en ma langueur,
Qu’or j’ay veu rompre, et suis encor en vie.
Mon esperance avant mes yeulx ravie,
Contre l’escueil de sa fiere rigueur.

Que m’a servy de tant d’ans la longueur ?
Elle n’est pas de ma peine assouvie :
Elle s’en rit, et n’a point d’aultre envie
Que de tenir mon mal en sa vigueur.

Doncques j’auray, mal’heureux en aymant,
Tousjours un coeur, tousjours nouveau torment,
Je me sens bien que j’en suis hors d’alaine,

Prest à laisser la vie soubs le faix :
Qu’y feroit on, sinon ce que je fais ?
Piqué du mal, je m’obstine en ma peine.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Etienne de LA BOETIE

Portait de Etienne de LA BOETIE

Étienne de La Boétie, né à Sarlat le 1er novembre 1530 et mort à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux le 18 août 1563, était un écrivain français. Fils d’un lieutenant particulier du sénéchal du Périgord, et d’une famille de magistrats, Étienne de la Boétie grandit dans un milieu éclairé.... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto