Poème 'Je suis si transporté d’aise et d’étonnement' de Isaac HABERT

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Isaac HABERT > Je suis si transporté d’aise et d’étonnement

Je suis si transporté d’aise et d’étonnement

Isaac HABERT

Je suis si transporté d’aise et d’étonnement
Quand j’entre dans ces bois, les loges éternelles
De Pan et des Sylvains et des Dryades belles,
Qu’oubliant qui je suis, je perds le sentiment.

Puis lorsque je reviens d’un tel ravissement,
Plein d’admiration, par des sentes nouvelles,
Tout ému, je m’égare où mes pensées fidèles
Et mes désirs aimés me mènent doucement.

Je contemple ébahi les pointes verdissantes
De ces bois ombrageux et leurs branches pendantes,
Je me plais dans l’horreur de ces déserts plaisants.

Si mon Soleil luisait toujours dans ces contrées,
Pan, Dryades, Sylvains, par ces ombres sacrées,
Je jure qu’en ces bois je passerais mes ans.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Isaac HABERT

Portait de Isaac HABERT

Isaac Habert, né à Paris vers 1560 et mort vers 1625, est un poète baroque français. Issu d’une famille d’écrivains, il écrit sur des thèmes scientifiques, religieux et amoureux.
Il fut valet de chambre et secrétaire du roi Henri III. Dans sa jeunesse, il avait été au service de Guy de Saint-Gelais, seigneur... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto