Poème 'Les mauvais artisans' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (du bord du chemin)'

Les mauvais artisans

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (du bord du chemin)"

Ce sont, dans les vingt-huit maisons du Ciel ; la Navette étoilée qui jamais n’a tissé de soie ;

Le Taureau constellé, corde au cou, et qui ne peut traîner sa voiture ;

Le Filet myriadaire si bien fait pour coiffer les lièvres et qui n’en prend jamais ;

Le Van qui ne vanne pas ; la Cuiller sans usage même pour mesurer l’huile !

Et le peuple des artisans terrestres accuse les célestes d’imposture et de nullité.

Le poète dit : Ils rayonnent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Qu'as-tu vu dans le ciel, camarade astrologue ?
    - J'ai vu un gros mouton qui maudissait l'hiver,
    Puis j'ai vu un taureau qui écrivait en vers,
    J'ai surpris des jumeaux et capté leur dialogue,

    J'ai vu un crustacé disant des apologues,
    J'ai vu un lion prêchant au milieu du désert,
    J'ai vu la demoiselle usant de mots pervers,
    J'ai vu une balance ornée d'un décalogue ;

    J'ai vu un noir scorpion dessiner sur le sable
    Et j'ai vu un centaure aux flèches redoutables,
    J'ai vu un capricorne au langage qui ment,

    J'ai vu un échanson qui dansait sous la lune,
    Et j'ai vu des poissons qui déchiffraient des runes.
    - Il faudra nettoyer, un soir, ton instrument.

  2. Fratrie du Scorpion
    -----------

    Je règne dans le ciel, disent les astrologues,
    Car je suis le Scorpion, fléau de l’Univers ;
    Tout un chacun me craint, l’été comme l’hiver,
    Ainsi que l’ont noté d’éminents sinologues.

    À mon frère Bélier j’enseigne un apologue,
    (Autant vaudrait, d’ailleurs, prêcher dans le désert);
    J’interdis au Taureau de se montrer pervers,
    Je montre au Sagittaire un noble décalogue.

    J’écris en promenant mes pinces sur le sable,
    Le Capricorne apprend ces mots impérissables
    (Mais ils disent peut-être une histoire qui ment).

    Je guide le Soleil, j’apprivoise la Lune,
    J’assiste les Poissons quand ils cherchent fortune ;
    Je me sers pour cela de très peu d’instruments.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS