Poème 'Viens, ma belle Florelle, où l’ombre noir tremblote' de Isaac HABERT

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Isaac HABERT > Viens, ma belle Florelle, où l’ombre noir tremblote

Viens, ma belle Florelle, où l’ombre noir tremblote

Isaac HABERT

Viens, ma belle Florelle, où l’ombre noir tremblote,
Sur les bords mousselus des antres ténébreux.
Il fait trop chaud ici, cherchons les bois ombreux,
Le profond des vallons ou quelque fraîche grotte.

Entrons sous ce rocher, viens tôt que je suçote
Le coral de ta bouche, embrassons-nous tous deux,
Éteignons nos ardeurs, jouissons dans ce creux
De nos douces amours, çà que je te baisote !

Défais ton lacet blanc, montre ton sein à nu,
Mon coeur, embrasse-moi, lance dru et menu
Ta langue sur la mienne, hâte-toi, ma chère âme,

Mon dieu, je n’en puis plus ! De plaisir je me pâme,
Las ! mon âme s’enfuit, puisque tu meurs aussi,
Mourons lèvre sur lèvre, heureux qui meurt ainsi !

Poème préféré des membres

ATOS et guillaumePrevel ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Astres du ciel d’or
    -------------------

    J’ai rêvé qu’au ciel d’or sont astres qui tremblotent,
    Luisant d’un éclat rouge, à demi ténébreux.
    Leurs rayons sont légers, leur chemin est ombreux,
    On croirait des insectes au plafond d’une grotte.

    Pâles comme ils le sont, ces astres sont mes potes ;
    J’aime les voir danser, un par un, deux par deux,
    Ou se cacher souvent dans d’improbables creux,
    Donnant à peine à voir un photon qui clignote.

    Ce poème ressemble à de tels astres nus,
    Il se montre discret, dans son éclat menu,
    Cela peut refléter la faiblesse d’une âme

    Qui s’use avec le temps, et son vieux corps aussi.
    Nul regret dans ces mots, notre vie est ainsi,
    Sur le tard, je peux voir en décroître la flamme.

Rédiger un commentaire

Isaac HABERT

Portait de Isaac HABERT

Isaac Habert, né à Paris vers 1560 et mort vers 1625, est un poète baroque français. Issu d’une famille d’écrivains, il écrit sur des thèmes scientifiques, religieux et amoureux.
Il fut valet de chambre et secrétaire du roi Henri III. Dans sa jeunesse, il avait été au service de Guy de Saint-Gelais, seigneur... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto