Poème 'La dure épreuve va finir' de Paul VERLAINE dans 'La bonne chanson'

La dure épreuve va finir

Paul VERLAINE
Recueil : "La bonne chanson"

La dure épreuve va finir :
Mon coeur, souris à l’avenir.

Ils sont passés les jours d’alarmes
Où j’étais triste jusqu’aux larmes.

Ne suppute plus les instants,
Mon âme, encore un peu de temps.

J’ai tu les paroles amères
Et banni les sombres chimères.

Mes yeux exilés de la voir
De par un douloureux devoir

Mon oreille avide d’entendre
Les notes d’or de sa voix tendre,

Tout mon être et tout mon amour
Acclament le bienheureux jour

Où, seul rêve et seule pensée,
Me reviendra la fiancée !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. L'année scolaire va finir :
    Le barde songe à l’avenir.

    Il y songe, mais sans alarme,
    Sans trembler, sans verser de larmes.

    Même, il s'égare, par instants,
    On ne sait pas combien de temps.

    Puisque la vie n'est pas amère,
    Rêvons à de belles chimères.

    Elles sont plaisantes à voir,
    Plus que nos austères devoirs.

    Elles sont douces à entendre,
    Ayant une voix grave et tendre,

    Au lieu de pourchasser l'amour,
    Buvons, dans le calme des jours,

    La bière fraîchement brassée,
    Servie froide, mais pas glacée.

Rédiger un commentaire

Paul VERLAINE

Portait de Paul VERLAINE

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L’emploi de rythmes impairs, d’assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l’univers des Romances sans paroles des plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto