Poème 'La prière du mort' de José-Maria de HEREDIA dans 'Les Trophées'

La prière du mort

José-Maria de HEREDIA
Recueil : "Les Trophées"

Arrête ! Ecoute-moi, voyageur. Si tes pas
Te portent vers Cypsèle et les rives de l’Hèbre,
Cherche le vieil Hyllos et dis-lui qu’il célèbre
Un long deuil pour le fils qu’il ne reverra pas.

Ma chair assassinée a servi de repas
Aux loups. Le reste gît en ce hallier funèbre.
Et l’Ombre errante aux bords que l’Érèbe enténèbre
S’indigne et pleure. Nul n’a vengé mon trépas.

Pars donc. Et si jamais, à l’heure où le jour tombe,
Tu rencontres au pied d’un tertre ou d’une tombe
Une femme au front blanc que voile un noir lambeau ;

Approche-toi, ne crains ni la nuit ni les charmes ;
C’est ma mère, Étranger, qui sur un vain tombeau
Embrasse une urne vide et l’emplit de ses larmes.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un dragon voit un requin
    -----------------

    C'est un dragon d'argent qui danse, à petits pas,
    Au grand ciel de sinople où vient une aube claire ;
    Une hirondelle chante, et son coeur s'accélère,
    Mais pour quelle raison ? Ce coeur ne le sait pas.

    C'est un requin d'argent qui cherche son repas ;
    N'écoutant pas l'oiseau, dont son coeur n'a que faire,
    Il promène sous l'eau son regard mortifère,
    Accompli prédateur, image du trépas.

    Ces deux seigneurs pourront, avant que la nuit tombe,
    Échanger un salut auprès des grises tombes,
    À l'heure où l'on entend la voix d'un vieux corbeau.

    Ils se craignent l'un l'autre, ils baisseront les armes :
    Du sombre cimetière, ils goûteront le charme,
    Car l'on devient poète, assis sur un tombeau.

  2. Que les loups se vivent de vent
    -----------------------------------

    Dans une plaine, un loup se déplace à grands pas,
    Déplorant que le temps ne soit plus à la guerre ;
    Il a fait son souper de trois rongeurs vulgaires,
    Acceptant sa pitance, il ne la choisit pas.

    Un corbeau, quant à lui, n’a pris pour tout repas
    Qu’un malheureux insecte abrité sous la terre ;
    Il aurait préféré la chair d’un militaire,
    Un de ceux qui sourient quand survient leur trépas.

    Sur ces deux affamés, une nuit d’hiver tombe ;
    Au bois, chaque refuge est plus froid qu’une tombe,
    Ayez pitié du loup et du sombre corbeau !

    Mais ces deux vagabonds ne baissent pas les armes,
    Sachant que reviendra le printemps qui les charme,
    Et que jamais l’hiver ne les mit au tombeau.

Rédiger un commentaire

José-Maria de HEREDIA

Portait de José-Maria de HEREDIA

José-Maria de Heredia (né José María de Heredia Girard 1842-1905) est un homme de lettres d’origine cubaine, naturalisé français en 1893. En tant que poète, c’est un des maîtres du mouvement parnassien, véritable joaillier du vers. Son œuvre poétique est constituée d’un unique recueil, « Les... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto