Poème 'Langage cuit – I' de Robert DESNOS dans 'Langage cuit'

Langage cuit – I

Robert DESNOS
Recueil : "Langage cuit"

Ce vieillard encore violet ou orangé ou rose
porte un pantalon en trompe d’éléphant.

Mon amour jette-moi ce regard chaud
où se lisent de blancs desseins !

Portrait au rallongé de nos âmes
Parlerons-nous à cœur fermé
et ce cœur sur le pied ?
Où jouerons-nous toute la nuit à la main froide ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Accoutrement
    ---------------

    De deux vieux sacs de blé, je tisse un pantalon
    Puis, deux gerbes de foin en guise de chaussettes.
    Les souliers seront faits en plumes d'avocette
    Les lacets en chiendent, bien verts et pas trop longs.

    Chemise ni manteau, et non plus de chapeau :
    Mais une longue écharpe en feuilles de mélèze
    (Car c'est ce matériau qui me met plus à l'aise) ;
    Vers le Quartier Latin je m'en vais boire un pot.

    Le tavernier m'a dit que ma tenue d'avril
    Pour affronter la pluie était un peu légère ;
    Mais c'est dans ma nature, il faut que j'exagère ;
    J'attends le mois de mai pour me couvrir d'un fil.

  2. Chaque avril
    de mon thermostat j'enlève les piles
    mais
    chaque mai
    je les remets

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto