Poème 'Le mépris' de guillaumePrevel

Le mépris

guillaumePrevel

Rarement son regard et sa bouche sur moi ne se posent
Et je reste interdit comme quelqu’un qui repose

En une fosse d’ennui où mon front blessé pâlit
Privé du soleil qui guérit; en proie à la maladie

Et je reste malgré moi attaché à celle qui torture
Mon coeur et mon âme dont elle fait nourriture

Car à chaque fois que de son mépris je m’éloigne
Elle me promet bien vite les mots doux qui me soignent.

18 septembre 2013

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS