Poème 'L’Épitaphe' de Robert DESNOS dans 'Contrée'

L’Épitaphe

Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

J’ai vécu dans ces temps et depuis mille années
Je suis mort. Je vivais, non déchu mais traqué.
Toute noblesse humaine étant emprisonnée
J’étais libre parmi les esclaves masqués.

J’ai vécu dans ces temps et pourtant j’étais libre.
Je regardais le fleuve et la terre et le ciel
Tourner autour de moi, garder leur équilibre
Et les saisons fournir leurs oiseaux et leur miel.

Vous qui vivez qu’avez-vous fait de ces fortunes ?
Regrettez-vous les temps où je me débattais ?
Avez-vous cultivé pour des moissons communes ?
Avez-vous enrichi la ville où j’habitais ?

Vivants, ne craignez rien de moi, car je suis mort.
Rien ne survit de mon esprit ni de mon corps.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Mon maître Robert
    ----------------------

    De ton ivresse je fus ivre,
    De tes rêves cauchemardé ;
    Si je me plonge dans tes livres,
    Au miroir je crois regarder.

    Robert, maître des hommes libres,
    Seigneur des bagnards évadés,
    Nous te devons notre équilibre,
    Et ce don de baguenauder !

    Tu n'as point gagné de fortune
    En ce monde où tu galérais ;
    Tel n'étaient pas tes intérêts.

    C'est notre richesse commune,
    Et c'est notre commun trésor :
    Deux ou trois mots qui sonnent fort.

  2. Miskine

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto