Poème 'Les Quais' de Paul VERLAINE dans 'Biblio-sonnets'

Les Quais

Paul VERLAINE
Recueil : "Biblio-sonnets"

Quais de Paris ! Beaux souvenirs ! J’étais agile,
J’étais, sinon bien riche, à mon aise, en ces temps…
J’étais jeune et j’avais des goûts très militants,
Tel un bon iconographobibliophile.

Loin de moi l’orgueil sot de me prétendre habile,
Même alors ! Mais c’étaient de précieux instants,
Perdus ou non dans des déboires persistants
Pour les prix… et le reste ! Et pas la moindre bile !

La Seine s’allongeait — elle s’allonge encor —
Comme un serpent jaspé de vert, de noir et d’or…
Le vent frémit toujours… L’aimable paysage !…

Mais bouquiner, n’y plus songer ! De vils pisteurs
Pour les libraires ont exercé leur ravage,
Et les boîtes ont fait la nique aux amateurs.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS