Poème 'L’Escargot' de Robert DESNOS dans 'Chantefables'

L’Escargot

Robert DESNOS
Recueil : "Chantefables"

Est-ce que le temps est beau ?
Se demandait l’escargot
Car, pour moi, s’il faisait beau
C’est qu’il ferait vilain temps.
J’aime qu’il tombe de l’eau,
Voilà mon tempérament.

Combien de gens, et sans coquille,
N’aiment pas que le soleil brille.
Il est caché ? Il reviendra !
L’escargot ? On le mangera.

Poème préféré des membres

celestine a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. J' ADORRE VOS POEMME L' ESCARGOT L' OISEAU DU COLORADO ET LE PELICAN

  2. J'adore vos poèmes !!!!!

  3. J'adore vos poèmes !!!!!
    Il son trop beau

  4. Chérie on va faire un Bébé et il va s'appelle Nana et Louna et hanna .

  5. Oui, je me suis inspiré de son poème pour faire le calligramme que nous devions faire en français, merci Robert DESNOS :) !

  6. J'adore vos poèmes à l'école on en parle tout le temps

  7. Alors pourquoi vous ne le mettez pas en favori ?

  8. Aujourd'hui mes élèves ont apporté un escargot en classe. Je l'ai pris et je me suis souvenu que quand j'étais petit (je ne partais pas encore à l'école )Ma grande soeur avait braise un escargot pour aller réciter ce poème et quand les élèves en récitant arrivaient sur le dernier vers ils sortaient l'escargot et le.mangeaient! Ah Ah Ah Ah c'était drôle. ..

  9. bob

  10. Manoir de l’escargot
    ----------

    De ce seigneur, qui n’est guère pressé,
    Je chanterai le logis sur ma lyre ;
    C’est son abri, c’est son recoin d’empire,
    Pour l’admirer nous devons nous baisser.

    C’est très étroit, soit dit sans l’offenser,
    Mais c’est assez pour ce modeste sire ;
    De la limace est le destin bien pire,
    Qu’en tenue d’Ève on peut voir progresser.

    Fort lentement ces animaux se meuvent,
    Tout à loisir ils mangent et s’abreuvent ;
    Aucun d’entre eux ne pousse de clameurs.

    Porter son toit, telle est sa destinée,
    En profitant des fraîches matinées ;
    Il a déjà son cercueil quand il meurt.

  11. La vie simple
    ------

    Au dîner le seigneur Bouddha
    Mangea son pain et son Gouda,
    Et son amante, un peu rêveuse,
    Pour le contempler s'accouda.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS