Poème 'Lied' de François COPPÉE dans 'L'Exilée'

Lied

François COPPÉE
Recueil : "L'Exilée"

Rougissante & tête baissée,
Je la vois me sourire encor.
— Pour le doigt de ma fiancée
Qu’on me fasse un bel anneau d’or.

Elle part, mais bonne & fidèle ;
Je vais l’attendre en m’affligeant.
— Pour garder ce qui me vient d’elle
Qu’on me fasse un coffret d’argent.

J’ai sur le coeur un poids énorme ;
L’exil est trop dur & trop long.
— Pour que je me repose & dorme,
Qu’on me fasse un cercueil de plomb.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Piaf-Tonnerre boit de l'eau glacée,
    Car le soleil tape un peu fort ;
    Mais ce soir, finement brassée,
    L'attend la bière aux reflets d'or.

    Innombrables, les hirondelles
    Voltigent en se dirigeant
    Vers les mouches, à tire-d'aile,
    Dans le ciel aux reflets d'argent.

    Phébus au zénith semble énorme
    Et la sueur descend le long
    Des corps en révélant leur forme ;
    Vraiment, c'est un soleil de plomb.

  2. "boit l'eau glacée" mieux pour les pieds.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS