Poème 'L’Oiseau mécanique' de Robert DESNOS dans 'Destinée arbitraire'

L’Oiseau mécanique

Robert DESNOS
Recueil : "Destinée arbitraire"

L’oiseau tête brûlée
Qui chantait la nuit
Qui réveillait l’enfant
Qui perdait ses plumes dans l’encrier

L’oiseau pattes de sept lieues
Qui cassait les assiettes
Qui dévastait les chapeaux
Qui revenait de Suresnes

L’oiseau l’oiseau mécanique
A perdu sa clef
Sa clef des champs
Sa clef de voûte

Voilà pourquoi il ne chante plus.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Je suis en train de l'apprendre.

  2. Oiseau magique
    ---------------------

    Piaf-Tonnerre a construit un pluvian mécanique
    Pour nettoyer les dents du crocodile en bois ;
    Quand son labeur finit, ce brave pluvian boit
    Un honnête godet de liqueur des tropiques.

    Puis il va picorer dans toutes les assiettes
    (C'est, dit-il à chacun, pour bien les nettoyer)
    Et part se reposer à l'ombre d'un noyer,
    Sûr que le lendemain fournira d'autres miettes.

    Mon âme est ce pluvian qui toujours recommence
    Son labeur minuscule et ses petits plaisirs,
    Son parcours bien modeste et ses humbles loisirs ;
    Mais ça peut varier, au niveau des nuances.

  3. J'aime bien

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto