Poème 'Pourtant si ta maîtresse…' de Pierre de RONSARD dans 'Second livre des Amours'

Pourtant si ta maîtresse…

Pierre de RONSARD
Recueil : "Second livre des Amours"

Pourtant si ta maîtresse est un petit putain,
Tu ne dois pour cela te courroucer contre elle.
Voudrais-tu bien haïr ton ami plus fidèle
Pour être un peu jureur, ou trop haut à la main ?

Il ne faut prendre ainsi tous péchés à dédain,
Quand la faute en péchant n’est pas continuelle ;
Puis il faut endurer d’une maîtresse belle
Qui confesse sa faute, et s’en repent soudain.

Tu me diras qu’honnête et gentille est t’amie,
Et je te répondrai qu’honnête fut Cynthie,
L’amie de Properce en vers ingénieux,

Et si ne laissa pas de faire amour diverse.
Endure donc, Ami, car tu ne vaux pas mieux
Que Catulle valut, que Tibulle et Properce.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS