Poème 'Récits épiques – Le Pharaon' de François COPPÉE dans 'Les Récits et les Élégies'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de François COPPÉE > Récits épiques – Le Pharaon

Récits épiques – Le Pharaon

François COPPÉE
Recueil : "Les Récits et les Élégies"

Le devin Thoutmès quatre est mort, et sa momie
Est dans son hypogée à jamais endormie ;
Thoutmès quatre est au rang des dieux-rois. Et son fils,
Le nouveau pharaon d’Egypte, Aménophis,
A pris possession du trône de son père.
Coiffé du bandeau d’or où se tord la vipère,
Le torse droit, les mains sur les cuisses, les yeux
Perdus dans on ne sait quel rêve soucieux,
Un morne et froid sourire à ses lèvres lippues,
Il reçoit, au milieu des colonnes trapues
De son palais couvert d’hiéroglyphes peints,
L’hommage des guerriers et des prêtres thébains.
Sur les trépieds d’airain fument les aromates ;
Et, prosterné, le chef des hiérogrammates
Lui prédit les grandeurs de son règne futur :
« Salut, roi de Kémit ! pharaon trois fois pur,
En qui sont la santé, la vigueur et la vie !
Parle. Ta volonté sainte sera servie.
C’est pour toi que les trois gardiens, Fré, Knef et Fta,
Rendent le Nil fécond de la source au delta,
Et pour toi que les sphinx et les cynocéphales
Lancent vers le soleil leurs clameurs triomphales.
Ordonne, pharaon sublime ! Que veux-tu ?
La récolte est à toi jusqu’au moindre fétu :
Dicte un ordre, et ce peuple immense, tu l’affames.
A toi l’Egypte ! A toi les hommes et les femmes,
Et les produits du sol, et tous les animaux !
Veux-tu la gloire ? Eh bien ! roi puissant, dis deux mots,
Et nous rassemblerons ta flotte et tes armées :
Les nations seront par ton bras décimées,
Et tu feras courir leurs plus fameux guerriers,
Captifs près de ton char, comme des lévriers ;
Et tu reculeras au loin ton territoire
Et graveras partout ta stèle de victoire.
Parle ! Dédaignes-tu la guerre et ses hasards ?
Ton cœur est-il épris des plaisirs et des arts ?
O maître, fais-nous donc savoir ta fantaisie,
Et parmi les parfums cent esclaves d’Asie,
Radieuses ainsi que l’aurore en été
Et parant de bijoux leur brune nudité,
Au son des tambourins et des doubles crotales
T’enivreront de leurs danses orientales !
Ton caprice veut-il construire un monument
Où dure ta mémoire impérissablement
Et près de qui seront trop petits et timides
Le Lac, le Labyrinthe et les trois Pyramides ?
Rêve aussi colossal que tu pourras rêver,
Fils des dieux ! et, pour toi, nous ferons soulever
Des milliers de blocs lourds par des millions d’hommes.
0 pharaon ! tout est à toi dans les vingt nomes,
Le soldat casqué d’or, le prêtre circoncis,
Le scribe, l’artisan à son travail assis,
Ceux de tous les métiers et de toutes les castes,
Et jamais tes désirs ne seront assez vastes.
Parle, ordonne, commande ! et nous obéirons. »

Il dit ; et tous sont là, muets, courbant leurs fronts.
Mais, se sentant le cœur plein d’un dégoût immense
Et s’étant demandé comme il sied que commence
Ce règne qu’on lui peint si prospère et si beau,
Le jeune roi répond : « Bâtissez mon tombeau. »

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto