Poème 'Romance' de François COPPÉE dans 'L'Exilée'

Romance

François COPPÉE
Recueil : "L'Exilée"

Quand vous me montrez une rose
Qui s’épanouit sous l’azur,
Pourquoi suis-je alors plus morose ?
Quand vous me montrez une rose,
C’est que je pense à son front pur.

Quand vous me montrez une étoile,
Pourquoi les pleurs, comme un brouillard,
Sur mes yeux jettent-ils leur voile ?
Quand vous me montrez une étoile,
C’est que je pense à son regard.

Quand vous me montrez l’hirondelle
Qui part jusqu’au prochain avril,
Pourquoi mon âme se meurt-elle ?
Quand vous me montrez l’hirondelle,
C’est que je pense à mon exil.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Mon coeur, comme la rose,
    Périra sous l'azur ;
    Je n'en suis point morose,
    Car il restera pur.

    Mon coeur, ainsi qu'un astre,
    Une nuit s'éteindra ;
    Ce n'est pas un désastre,
    Car il l'acceptera.

    Mon coeur, cette hirondelle,
    Peut aller et venir ;
    Mais il reste fidèle
    À tous ses souvenirs.

Rédiger un commentaire

François COPPÉE

Portait de François COPPÉE

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français. Coppée fut le poète populaire et sentimental de Paris et de ses faubourgs, des tableaux de rue intimistes du monde des humbles. Poète du souvenir d’une première rencontre... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto