Poème 'Tes amants et maîtresses' de Robert DESNOS dans 'C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »'

Tes amants et maîtresses

Robert DESNOS
Recueil : "C'est les bottes de 7 lieues cette phrase « Je me vois »"

À Janine

On n’inscrit pas d’initiales à la craie
dans la forêt blanche de l’amour.
Un éternel faucheur efface les tableaux noirs des calculateurs
ville de gélatine complaisante aux araignées tu trembles à ma voix
La fumée tient une grande place dans ma vie.
Et quelque tigre féroce a décalqué
sur ma poitrine le reflet de ses yeux jaunes.
Une enceinte de tabac et d’iris
Voilà la forteresse
du tribunal de la
rivière où voltigent
cent poissons.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Sagesse de l’ambitigre
    --------------------

    C’est un grand érudit, maître de l’exégèse,
    Il sait toujours comment aux sources remonter ;
    Les récits de jadis, il peut les raconter,
    À l’école déjà je le trouvais balèze.

    Il commente à loisir la poésie anglaise,
    De chaque oeuvre tragique il voit les bons côtés ;
    Même, du coq à l’âne il s’amuse à sauter,
    Mêlant habilement la thèse et l’antithèse.

    Quand il fut amoureux, sa plume s’égarait,
    Car en de tels instants l’esprit se désassemble ;
    Il n’a plus ce problème, à ce qu’il me paraît.

    Il fait ce qu’il préfère et ce qui bon lui semble ;
    Je l’entendis souvent qui des blagues narrait
    Pour une tavernière, ils en ont ri ensemble.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS