Poème 'Vieille Clameur' de Robert DESNOS dans 'Les Ténèbres'

Vieille Clameur

Robert DESNOS
Recueil : "Les Ténèbres"

Une tige dépouillée dans ma main c’est le monde
La serrure se ferme sur l’ombre et l’ombre met son œil à la serrure
Et voilà que l’ombre se glisse dans la chambre
La belle amante que voila l’ombre plus charnelle que ne l’imagine
perdu dans son blasphème le grand oiseau de fourrure blanche
perché sur l’épaule de la belle,
de l’incomparable putain qui veille sur le sommeil
Le chemin se calme soudain en attendant la tempête
Un vert filet à papillon s’abat sur la bougie
Qui es-tu toi qui prends la flamme pour un insecte
Un étrange combat entre la gaze et le feu
C’est à vos genoux que je voudrais passer la nuit
C’est à tes genoux
De temps à autre sur ton front ténébreux et calme
en dépit des apparitions nocturnes,
je remettrai en place une mèche de cheveux dérangée
Je surveillerai le lent balancement du temps et de ta respiration
Ce bouton je l’ai trouvé par terre
Il est en nacre
Et je cherche la boutonnière qui le perdit
Je sais qu’il manque un bouton à ton manteau
Au flanc de la montagne se flétrit l’edelweiss
L’edelweiss qui fleurit dans mon rêve et dans tes mains quand elles s’ouvrent :

Salut de bon matin quand l’ivresse est commune
quand le fleuve adolescent descend d’un pas nonchalant
les escaliers de marbre colossaux
avec son cortège de nuées blanches et d’orties
La plus belle nuée était un clair de lune récemment transformé
et l’ortie la plus haute était couverte de diamants
Salut de bon matin à la fleur du charbon
la vierge au grand cœur qui m’endormira ce soir
Salut de bon matin aux yeux de cristal aux yeux de lavande aux yeux de gypse
aux yeux de calme plat aux yeux de sanglot aux yeux de tempête
Salut de bon matin salut
La flamme est dans mon cœur et le soleil dans le verre
Mais jamais plus hélas ne pourrons-nous dire encore
Salut de bon matin tous ! crocodiles yeux de cristal orties vierge
fleur du charbon vierge au grand cœur.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ce poème suggère que la femme aimée n'est qu'un rêve et est comparée à l’edelweiss, fleur vivace poussant en altitude. L'amour de la bien aimée est comparée au chant du monde. Ce texte invite le lecteur à ne pas chercher concrètement de sens à ce que le poète souhaite exprimer. Ce sont des métaphores qui animent le poème en lui accordant une liberté sans pareil. L'imagination, en lisant ce poème, amène à la conclusion qu'il est doux d'aimer un être et de le chérir.

  2. Ce poème est très mélancolique.

  3. Sagesse du rêveur
    -------------------------

    Robert qui entre et sort par le trou des serrures
    Se glisse dans la chambre et trouve un grand oiseau ;
    Puis il va reposer sous l'abri de roseaux,
    Quand de rose et de feu le ciel met sa parure.

    Et si tu veux savoir qui garde son sommeil :
    C'est l'orage du ciel, c'est le bruit des tempêtes,
    C'est l'univers dément qui grouille dans sa tête,
    Un cosmos onirique, à nul autre pareil.

    Robert, de bon matin, a l'ivresse commune
    Mais pas du tout vulgaire, il forge des récits
    Et le jardin, tout bas, lui adresse un merci,
    Robert est un rêveur, c'est toute sa fortune.

  4. Il est doux d'aimé et d'être aimé en retour

Rédiger un commentaire

Robert DESNOS

Portait de Robert DESNOS

Robert Desnos est un poète français, né le 4 juillet 1900 à Paris et mort du typhus le 8 juin 1945 au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie à peine libéré du joug de l’Allemagne nazie. Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto