Poème 'Religion lumineuse' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (face au Midi)'

Religion lumineuse

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (face au Midi)"

L’Empereur, — père de toutes les croyances, et estimant en chacune d’entre elles la Raison qui est une, — veut que ceci, prêt à s’effacer par négligence, soit reporté sur une table neuve et marqué du sceau de son règne :

L’Être admirable, n’est-ce pas l’Unité-Trine, le Seigneur sans origine, Oloho ? Il a divisé en croix les parties du monde ; décomposé l’air primordial ; suscité le Ciel et la terre ; lancé le soleil et la lune ; créé le premier homme dans une parfaite harmonie.

Mais Sa-Than répandit le mensonge, proclama l’égalité des grandeurs et mit la créature dans le lieu de l’Éternel. L’homme perdit la voie et ne put la retrouver.

Viennent ensuite des promesses : une incarnation ; un supplice ; une mort ; une résurrection. Or cela n’est pas bon à faire trop savoir aux hommes.

Que nul n’ose donc ajouter de commentaires ici. Que nul ne cherche un enseignement ici. Afin que sans fruits ni disciples la Croyance Lumineuse meure en paix, obscurément.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Stèle Face Au Midi : Inscription tapageuse
    --------------------------------------------------------

    L'Archiserrurier, organisateur de toutes les croyances, et estimant en chacune d'elles la Morale qui est une, veut que ceci, prêt à s'effacer par négligence, soit inscrit sur cette page et marqué de son sceau à l'effigie d'un papillon.

    Le Dasein inclassable, n'est-ce pas le Triple Tamanoir, le seigneur sans Origine, Dracula ? Il a rangé thématiquement les articles de Botul; décomposé l'air où volent les grenouilles et d'autres animaux; inspiré Cochonfucius et Yake Lakang; créé la Toile Mondiale dans une parfaite harmonie.

    Mais Byron répandit le mensonge, mangea la totalité des rissoles et conduisit fort mal le véhicule au retour de la noce. Cochonfucius et Yake Lakang perdirent la voie et ne purent la retrouver.

    Viennent ensuite des martres ; et aussi, des camionnettes ; des toilettes ; une qualification. Or cela n'est pas bon à faire trop savoir aux linguistes.

    Que nul érudit n'ose donc ajouter de commentaires ici. Que nul ne cherche un enseignement ici. Afin que sans fruits ni disciples, cette Inscription tapageuse meure en paix, vainement.

Rédiger un commentaire

Victor SEGALEN

Portait de Victor SEGALEN

Victor Segalen, né à Brest le 14 janvier 1878, mort le 21 mai 1919 à Huelgoat, est un poète, et aussi médecin de marine, ethnographe et archéologue français. Après des études de médecine à l’École du service de santé des armées de Bordeaux, Victor Segalen est affecté en Polynésie française. Il n’aime pas la... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto