Poème 'Les trois hymnes primitifs' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (face au Midi)'

Les trois hymnes primitifs

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (face au Midi)"

Les trois hymnes primitifs que les trois Régents avaient nommés : Les Lacs, l’Abîme, Nuées, sont effacés de toutes les mémoires. Qu’ils soient ainsi recomposés :

Les lacs

Les lacs, dans leurs paumes rondes noient le visage du Ciel :

J’ai tourné la sphère pour observer le Ciel.

Les lacs, frappés d’échos fraternels en nombre douze  :

J’ai fondu les douze cloches qui fixent les tons musicaux.

o

Lac mouvant, firmament liquide à l’envers, cloche musicale,

Que l’homme recevant mes mesures retentisse à son tour sous le puissant Souverain-Ciel.

Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : les Lacs.

L’abîme

Face à face avec la profondeur, l’homme, front penché, se recueille.

Que voit-il au fond du trou caverneux ? La nuit sous la terre, l’Empire d’ombre.

o

Moi, courbé sur moi-même et dévisageant mon abîme, — ô moi ! — je frissonne,

Je me sens tomber, je m’éveille et ne veux plus voir que la nuit.

Les nuées

Ce sont les pensées visibles du haut et pur Seigneur-Ciel.

Les unes compatissantes, pleines de pluie. Les autres roulant leurs soucis, leurs justices et leurs courroux sombres.

o

Que l’homme recevant mes largesses ou courbé sous mes coups connaisse à travers moi le Fils les desseins du Ciel ancestral.

Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : Nuées.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Trinité nonchalante
    __________

    Nous trouvons en ce lieu trois arbres chargés d’ans,
    Au bord d’un lac paisible où se jette une eau vive;
    L’un d’eux apprend un hymne aux oiseaux de la rive,
    Qu’accompagne aujourd’hui le tonnerre grondant.

    Le deuxième médite, un abîme sondant,
    Il semble se complaire en des heures oisives ;
    Je n’ai point là-dessus d’opinion décisive,
    Je regarde frémir son feuillage abondant.

    Le troisième entretient une sorte d’ivresse
    En recevant du ciel une eau qui le caresse,
    Et tout au long du jour en extase est plongé.

    Au sujet de ces trois furent écrits des contes
    Ainsi que des sonnets (plus beaux que ceux d’Oronte),
    Sur quelques parchemins que le temps a rongés.

  2. .

    Étonnante rencontre !

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS