Poème 'Mon amante a les vertus de l’eau' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (orientées)'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Victor SEGALEN > Mon amante a les vertus de l’eau

Mon amante a les vertus de l’eau

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (orientées)"

Mon amante a les vertus de l’eau : un sourire clair, des gestes coulants, une voix pure et chantant goutte à goutte.

Et quand parfois, — malgré moi — du feu passe dans mon regard, elle sait comment on l’attise en frémissant : eau jetée sur les charbons rouges.

o

Mon eau vive, la voici répandue, toute, sur la terre ! Elle glisse, elle me fuit ; — et j’ai soif, et je cours après elle.

De mes mains je fais une coupe. De mes deux mains je l’étanche avec ivresse, je l’étreins, je la porte à mes lèvres :

Et j’avale une poignée de boue.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Poisson du tsar
    -------------

    Ce poisson s’est instruit sur les vertus de l’eau,
    Lui qui l’aime surtout quand elle est fraîche et pure ;
    Il l’aime dans le jour et dans la nuit obscure,
    Il aime la sirène et le fier matelot.

    Qui peut savoir d’où vient le mouvement des flots ?
    Tu dois à ce propos questionner la nature ;
    La réponse n’est pas dans la littérature,
    Tu n’en apprendras rien par les profs de philo.

    -- Que ferais-tu, poisson, si la mer tarissait ?
    -- Elle est intarissable, et cela, tu le sais,
    Car, inlassablement, les fleuves la remplissent.

    Sur de pareils sujets, pourquoi s’interroger ?
    Quand on est dans le mer, il suffit de nager ;
    C’est le courant, c’est l’eau, c’est le réel qui glisse.

  2. Grenouille vertueuse
    -------------

    Je ne fais que le bien, sur la terre et dans l’eau,
    Ce qui est bien normal, car je suis fraîche et pure ;
    Tu ne verras en moi nulle pensée obscure,
    Innocents sont les mots que je chante en solo.

    Pas plus que les agneaux, je ne trouble les flots,
    Mon coeur est le plus doux de toute la la nature ;
    Cela fut attesté dans la littérature,
    Pour le bac on en fit un sujet de philo.

    Très jeune, j’avais l’art d’éviter les excès,
    De mon terroir jamais je n’interdis l’accès ;
    Je fais partie de ceux qui leurs devoirs remplissent.

    Pour fuir une dispute, il suffit de plonger ;
    Quand on es aquatique, il faut savoir nager,
    Le moyen d’être bon, c’est d’être sans malice.

  3. ============

    C'est son propre éloge
    Que prononce la grenouille,
    Pus elle s'envole.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS