Poème 'Éloge du Jade' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (du bord du chemin)'

Éloge du Jade

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (du bord du chemin)"

Si le Sage, faisant peu de cas de l’albâtre, vénère le pur Jade onctueux, ce n’est point que l’albâtre soit commun et l’autre rare : Sachez plutôt que le Jade est bon,

Parce qu’il est doux au toucher — mais inflexible. Qu’il est prudent : ses veines sont fines, compactes et solides.

Qu’il est juste puisqu’il a des angles et ne blesse pas. Qu’il est plein d’urbanité quand, pendu de la ceinture, il se penche et touche terre.

Qu’il est musical : sa voix s’élève, prolongée jusqu’à la chute brève. Qu’il est sincère, car son éclat n’est pas voilé par ses défauts ni ses défauts par son éclat.

Comme la vertu, dans le Sage, n’a besoin d’aucune parure, le Jade seul pour décemment se présenter seul.

Son éloge est donc l’éloge même de la vertu.

Poème préféré des membres

ATOS et gerarddebrennel ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Bonjour, pouvez vous mettre les dates des poème? merci.

  2. Pays de Jade
    ----------------

    Segalen, circulant parmi les blocs de jade,
    Les trouve résistants mais fort doux au toucher.
    Eux-mêmes sont heureux, voyant l'homme marcher :
    Il grandit en sagesse à chaque promenade.

    Ils savourent ses mots dedans leurs fines veines ;
    Ils en goûtent le sens avec urbanité.
    Ils éclairent l'auteur pour le féliciter,
    Approuvant ses propos de leurs voix souveraines.

    Puisqu'en un bloc de jade est la Vertu suprême,
    Le poète a plaisir à lire un tel miroir ;
    Je lui ai demandé ce qu'il pouvait y voir,
    Il m'a dit, presque rien, quelques quatrains sans thème.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS