Poème 'Édit funéraire' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (face au Midi)'

Édit funéraire

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (face au Midi)"

Moi l’Empereur ordonne ma sépulture : cette montagne hospitalière, le champ qu’elle entoure est heureux. Le vent et l’eau dans les veines de la terre et les plaines du vent sont propices ici. Ce tombeau agréable sera le mien.

o

Barrez donc la vallée entière d’une arche quintuple  : tout ce qui passe est ennobli.

Étendez la longue allée honorifique : — des bêtes ; des monstres ; des hommes.

Levez là-bas le haut fort crénelé. Percez le trou solide au plein du mont.

Ma demeure est forte. J’y pénètre. M’y voici. Et refermez la porte, et maçonnez l’espace devant elle. Murez le chemin aux vivants.

o

Je suis sans désir de retour, sans regrets, sans hâte et sans haleine. Je n’étouffe pas. Je ne gémis point. Je règne avec douceur et mon palais noir est plaisant.

Certes la mort est plaisante et noble et douce. La mort est fort habitable. J’habite dans la mort et m’y complais.

o

Cependant, laissez vivre, là, ce petit village paysan. Je veux humer la fumée qu’ils allument dans le soir.

Et j’écouterai des paroles.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le Chien et les Raisins
    --------------------------

    Moi, le Chien de Sinople, et Seigneur de la Vigne,
    Je suis gardien des fruits dont fermente le sang :
    Sur chaque abeille d’or luit, de sable, mon signe
    Qui veut dire « impérial », en d’autres mots, « puissant ».

    Le chemin de la vigne est une route en terre ;
    Quand il y passe un homme, un boeuf ou un cheval,
    Je lance un aboiement. Je ne peux pas me taire,
    Homme, boeuf et cheval trouvent cela normal.

    Plus loin, les paysans échangent des paroles,
    Pour annoncer quel jour ils saigneront le porc
    Ou mettront le grand coq dans une casserole ;
    Ils auront soin de moi, tant que j’aboierai fort.

  2. Démon de vigne
    ---------------------

    Près de de Saint-Émilion vit un démon de vigne ;
    Il voudrait qu’une fois, le vin devînt son sang,
    Mais il a beau vouloir, il n’en voit aucun signe.
    Son don de magicien n’est pas assez puissant.

    Il a versé le jus dans une cruche en terre ;
    A pris la vitamine à dose de cheval,
    A demandé au vent de bien vouloir se taire,
    Mais rien ne sort de là, ça fait du vin normal.

    Prononçant à nouveau les magiques paroles,
    Il joint à la mixture un peu de sang de porc
    Qu il a tiédi au feu, dans une casserole.
    Ce fils de charpentier, grogne-t-il,est trop fort.

Rédiger un commentaire

Victor SEGALEN

Portait de Victor SEGALEN

Victor Segalen, né à Brest le 14 janvier 1878, mort le 21 mai 1919 à Huelgoat, est un poète, et aussi médecin de marine, ethnographe et archéologue français. Après des études de médecine à l’École du service de santé des armées de Bordeaux, Victor Segalen est affecté en Polynésie française. Il n’aime pas la... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto