Poème 'Aubade' de François COPPÉE dans 'Le Cahier rouge'

Aubade

François COPPÉE
Recueil : "Le Cahier rouge"

L’aube est bien tardive à naître,
Il a gelé cette nuit ;
Et déjà sous ta fenêtre
Mon fol amour m’a conduit.

Je tremble, mais moins encore
Du froid que de ma langueur ;
Le frisson du luth sonore
Se communique à mon cœur

Ému comme un petit page,
J’attends le moment plus sûr
Où j’entendrai le tapage
De tes volets sur le mur ;

Et la minute me dure
Où m’apparaîtra soudain,
Dans son cadre de verdure,
Ton sourire du matin.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS