Poème 'Translat d’un sonnet ytalien' de Mellin de SAINT-GELAIS

Translat d’un sonnet ytalien

Mellin de SAINT-GELAIS

Nyer ne puis, Roy François, nullement,
Que je ne sente encores quelque flamme
D’amour au cueur qui peu à peu l’entame
Pour le submectre à elle entierement.

Mays estant plain d’un desir seullement,
C’est de vous suyvre et du corps et de l’ame,
Je luy resiste et faiz en sorte que ame
N’a sur mon cueur entier commandement.

Ce neantmoins les travaulx anciens
Craindre me font que fortune nuysante
Ne me remecte aux amoureux lyens.

Se elle le fait, soit du moins l’amour telle,
Que de servir au monde je me vente
Le Roy plus grant et la dame plus belle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Mellin de SAINT-GELAIS

Portait de Mellin de SAINT-GELAIS

Mellin de Saint-Gelais (ou Melin de Saint-Gelays ou de Sainct-Gelais), né à Angoulême vers 1491 et mort à Paris en octobre 1558, est un poète français de la Renaissance, qui eut les faveurs de François 1er. Il était fort probablement le fils naturel de Jean de Saint-Gelais, marquis de Montlieu, qui appartenait à la petite... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto