Poème 'J’allais par des chemins perfides' de Paul VERLAINE dans 'La bonne chanson'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Paul VERLAINE > J’allais par des chemins perfides

J’allais par des chemins perfides

Paul VERLAINE
Recueil : "La bonne chanson"

J’allais par des chemins perfides,
Douloureusement incertain.
Vos chères mains furent mes guides.

Si pâle à l’horizon lointain
Luisait un faible espoir d’aurore ;
Votre regard fut le matin.

Nul bruit, sinon son pas sonore,
N’encourageait le voyageur.
Votre voix me dit :  » Marche encore !  »

Mon coeur craintif, mon sombre coeur
Pleurait, seul, sur la triste voie ;
L’amour, délicieux vainqueur,

Nous a réunis dans la joie.

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La boisson perfide
    Me rend incertain ;
    Mais la rue me guide.

    Mon logis lointain
    M'attend à l'aurore,
    Ou dans le matin.

    Par des chants sonores,
    D'autres voyageurs
    Me moquent encore.

    Or, mon sobre coeur
    S'attache à la voie ;

    Il se veut vainqueur
    Des perfides joies.

Rédiger un commentaire

Paul VERLAINE

Portait de Paul VERLAINE

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L’emploi de rythmes impairs, d’assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l’univers des Romances sans paroles des plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto