Poème 'Je te dois bien aimer, ô déesse Inconstance' de Isaac HABERT

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Isaac HABERT > Je te dois bien aimer, ô déesse Inconstance

Je te dois bien aimer, ô déesse Inconstance

Isaac HABERT

Je te dois bien aimer, ô déesse Inconstance,
Car tu m’as déchargé du faix de mes douleurs,
Tu as éteint ma flamme et chassé mes malheurs,
De mes maux plus cuisants me donnant allégeance.

J’avais cru jusqu’ici, trop facile créance,
Que la légèreté, l’espoir, et les erreurs,
Te suivaient pas à pas, ministres des langueurs,
Qui font que les Amants languissent en souffrance…

Mais ce qu’on dit de toi n’est rien que fausseté,
Je te donne à bon droit le nom de déité :
En ma faveur tu fais que ma dame inconstante

Cherche un autre parti, et me rends inconstant
Afin de la quitter, et voir en la quittant
Comme je vois mourir ma peine violente.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Fruit d'impermanence
    ---------------------------

    La vigne nous fournit le fruit d'impermanence ;
    Le roi des animaux en oublie ses douleurs,
    Cessant de voir, aux cieux, l'étoile du malheur,
    Ou, dans l'eau, les poissons de la désespérance.

    Or, je rêve parfois que l'univers immense
    N'est qu'un vaste verger aux admirables fleurs,
    Une vigne géante aux joyeuses couleurs,
    Un champ, comme on en voit dans notre Île-de-France.

    Si nous nous promenions, dans ce jardin, l'été ?
    La plus humble des fleurs nous serait déité,
    Sous sa forme élégante, autant qu'impermanente ;

    L'esprit dictant ces mots, lui-même impermanent,
    Aime rêver ainsi, et franchir en planant
    Les cieux qu'orne, de nuit, la lune déclinante.

Rédiger un commentaire

Isaac HABERT

Portait de Isaac HABERT

Isaac Habert, né à Paris vers 1560 et mort vers 1625, est un poète baroque français. Issu d’une famille d’écrivains, il écrit sur des thèmes scientifiques, religieux et amoureux.
Il fut valet de chambre et secrétaire du roi Henri III. Dans sa jeunesse, il avait été au service de Guy de Saint-Gelais, seigneur... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto