Poème 'La Ville' de Robert DESNOS dans 'Contrée'

La Ville

Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

Se heurter à la foule et courir par les rues,
Saisi en plein soleil par l’angoisse et la peur,
Pressentir le danger, la mort et le malheur,
Brouiller sa piste et fuir une ombre inaperçue,

C’est le sort de celui qui, rêvant en chemin,
S’égare dans son rêve et se mêle aux fantômes,
Se glisse en leur manteau, prend leur place au royaume
Où la matière cède aux caresses des mains.

Tout ce monde est sorti du creux de sa cervelle.
Il l’entoure, il le masque, il le trompe, il l’étreint,
Il lui faut s’arrêter, laisser passer le train
Des créatures nées dans un corps qui chancelle.

Nausée de souvenirs, regrets des soleils veufs,
Résurgence de source, écho d’un chant de brume,
Vous n’êtes que scories et vous n’êtes qu’écume.
Je voudrais naître chaque jour sous un ciel neuf.

Poème préféré des membres

Automnale a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ville, veux-tu nourrir un peuple de fumées ?
    De vapeurs envenimées ?
    Pourquoi nous fermes-tu ainsi les horizons?
    Qui a coupé tous les buissons ?

    Ville, veux-tu distraire un peuple avec l'ennui ?
    Pourquoi d'aussi sombres nuits ?
    Pourquoi orner ton ciel d'une couronne noire
    D'un inframonde évocatoire ?

    Ville, nous comprenons que tu deviens démente,
    Que ton âme fermente,
    Que ton esprit se voile ;

    Le fils du charpentier, sur tes porches sculpté,
    Ne se reconnaît plus dans cette humanité
    Qui ne veut plus d'étoiles.

  2. Porte d’une ville morte
    --------

    Admirable fut la cité,
    Mais je n’y trouve plus personne ;
    D’observer cela, je m’étonne,
    Ce sort ne fut pas mérité.

    C’étaient des gens sans vanité,
    Eux qui respectaient la Couronne ;
    Ce qui leurs ruines environne,
    C’est le désert, en vérité.

    Nous n’en ferons pas un roman,
    Car notre plume maladroite
    Ne suit que des pistes étroites.

    Il reste quelques monuments
    Dont une porte, belle et bonne,
    Toute en pierre de Carcassonne

  3. Très loin des murs de Carcassonne,
    Je suis allé vivre en Essonne
    Où je ne connaissais personne.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS