Poème 'L’Aveu' de François COPPÉE dans 'Arrière-saison'

L’Aveu

François COPPÉE
Recueil : "Arrière-saison"

Tu n’as pas toujours été sage,
Toi dont le cœur bat sur mon bras.
Pour plus d’un amant de passage
Tu souris et tu soupiras.

D’une voix honteuse et farouche
Tu me l’as dit par un soir bleu ;
Mais ma bouche a fermé ta bouche,
Que purifiait ton aveu.

J’avais prévu ta confidence,
J’avais deviné ton roman,
Fille du peuple sans prudence
Et qui n’avais plus de maman.

En Mai, sous le maigre feuillage,
Chantaient les moineaux du faubourg,
N’est-ce pas ? Le vague ennui, l’âge ?…
Je connais ces tristes amours.

Mais le cœur sur qui tu te serres,
Ayant souffert, sait excuser ;
Et je vois dans tes yeux sincères
Que j’ai ton vrai premier baiser.

De nous deux, c’est toi la meilleure,
Puisque tu sais aimer le mieux.
Regarde, mon enfant, je pleure,
Moi si blasé, moi déjà vieux !

Par ta tendre et simple manière
Dont tu m’avouas ton passé,
je te dois ma larme dernière,
Et par elle il est effacé.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS