Poème 'L’Équinoxe' de Robert DESNOS dans 'Contrée'

L’Équinoxe

Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

Un coq à d’autres coqs répond. Le temps est gris,
L’équinoxe roulant ses tonneaux à grand-peine
Depuis la mer du Nord jusqu’aux bords de la Seine
À travers les odeurs, les éclairs et les cris.

Le corps décapité de l’évêque Denis
Saigne avec les raisins d’Argenteuil et Suresnes.
On enchaîne à des chars des héros et des reines.
Les temples, un à un, croulent sur les parvis

Mais, tout à l’heure encore, un arc-en-ciel de nuit
Enjambait la vallée et la lune vers lui
Roulait. Le jour parut et tout ne fut que brume.

Mérite-t-il vraiment le nom de jour, ce jour
Dont s’encrasse la ville et la vie et l’amour ?
Oui, car la flamme enfin, dans le brouillard s’allume.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Monstre de gueules
    ---------------------

    Un ciel de pur argent, loin des villages gris :
    De gueules vole un monstre (et ce n'est pas sans peine),
    Il glisse dans le vent et survole la Seine,
    Il a sept grands gosiers dont ne sort aucun cri.

    Il vient de survoler le port de Saint-Denis
    Et s'approche à présent des coteaux de Suresnes :
    On l'a vu ce matin sur le fort de Vincennes,
    Il aime bien rôder tout autour de Paris.

    -- Monstre, te verrons-nous près d'ici cette nuit,
    Baignant ton corps balourd dans la lune qui luit ?
    Ou disparaîtras-tu au hasard de la brume,

    Attendant quelque part que revienne le jour
    Pour chercher les plaisirs, et peut-être l'amour ?
    -- L'amour ? Non. Mais la bière, à la douce amertume.

  2. Conversation sans importance
    -----------------------

    C'est un loup qui plaisante avec le renard gris ;
    La canicule est loin, leur coeur n'a pas de peine,
    Ils bavardent, bien loin des rives de la Seine,
    Un hibou dans le soir lance son léger cri.

    Le loup, se souvenant des mots de Saint Denis,
    Raconte au vieux renard cette époque sereine ;
    Le renard, familier du château de Vincennes,
    Aime entendre parler de ce monde aboli.

    -- Loup, que ferons-nous donc dans le bois cette nuit,
    Baignant nos deux regards dans la lune qui luit ?
    Ou disparaîtrons-nous au hasard de la brume,

    Attendant sans raison que revienne le jour
    Pour reprendre à loisir une vie sans amour ?
    -- Renard, rien ne te sert une telle amertume.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS