Poème 'Prologue' de Paul VERLAINE dans 'Jadis et naguère'

Prologue

Paul VERLAINE
Recueil : "Jadis et naguère"

En route, mauvaise troupe !
Partez, mes enfants perdus !
Ces loisirs vous étaient dus :
La Chimère tend sa croupe.

Partez, grimpés sur son dos,
Comme essaime un vol de rêves
D’un malade dans les brèves
Fleurs vagues de ses rideaux.

Ma main tiède qui s’agite
Faible encore, mais enfin
Sans fièvre, et qui ne palpite
Plus que d’un effort divin,

Ma main vous bénit, petites
Mouches de mes soleils noirs
Et de mes nuits blanches. Vites,
Partez, petits désespoirs,

Petits espoirs, douleurs, joies,
Que dès hier renia
Mon coeur quêtant d’autres proies.
Allez, ‘aegri somnia’.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. velut aegri somnia, vanae
    Finguntur species
    *
    *
    Comme des songes de malade
    Se forgent de vaines chimères
    (Horace, Art Poétique, 7)
    *
    *
    La fièvre engendre des formes
    Qui bafouent toutes les normes...

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS