Poème 'Résignation' de Paul VERLAINE dans 'Poèmes saturniens'

Résignation

Paul VERLAINE
Recueil : "Poèmes saturniens"

Tout enfant, j’allais rêvant Ko-Hinnor,
Somptuosité persane et papale
Héliogabale et Sardanapale !

Mon désir créait sous des toits en or,
Parmi les parfums, au son des musiques,
Des harems sans fin, paradis physiques !

Aujourd’hui, plus calme et non moins ardent,
Mais sachant la vie et qu’il faut qu’on plie,
J’ai dû refréner ma belle folie,
Sans me résigner par trop cependant.

Soit ! le grandiose échappe à ma dent,
Mais, fi de l’aimable et fi de la lie !
Et je hais toujours la femme jolie,
La rime assonante et l’ami prudent.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Innombrables trésors
    ------------------------

    Verlaine voit un décor
    D'argent, de nacre et d'opale ;

    De verres pleins à ras bord,
    De fruits et d'esclaves pâles,

    De chansons et de musique,
    Même, de métaphysique.

    Son désir se fait ardent,
    Au réel plus ne se plie ;

    Et le voici gambadant
    Au gré d'une vraie folie.

    Pourquoi serait-il prudent ?
    Cette muse est trop jolie.

Rédiger un commentaire

Paul VERLAINE

Portait de Paul VERLAINE

Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896. Paul Verlaine est avant tout le poète des clairs-obscurs. L’emploi de rythmes impairs, d’assonances, de paysages en demi-teintes le confirment, rapprochant même, par exemple, l’univers des Romances sans paroles des plus... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto