Poème 'Visage dans les yeux' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (orientées)'

Visage dans les yeux

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (orientées)"

Puisant je ne sais quoi ; au fond de ses yeux jetant le panier tressé de mon désir, je n’ai pas obtenu le jappement de l’eau pure et profonde.

Main sur main, pesant la corde écailleuse, me déchirant les paumes, je n’ai levé pas même une goutte de l’eau pure et profonde :

Ou que le panier fut lâchement tressé, ou la corde brève ; ou s’il n’y avait rien au fond.

o

Inabreuvé, toujours penché, j’ai vu, oh ! soudain, un visage : monstrueux comme chien de Fô au mufle rond aux yeux de boules.

Inabreuvé, je m’en suis allé ; sans colère ni rancune, mais anxieux de savoir d’où vient la fausse image et le mensonge :

De ses yeux ? — Des miens ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bonjour, je dois faire une brève analyse sur ce poème, (quelques lignes maximums.) Je suis en première L et il s'agit d'une anthologie, j'ai décidé de choisir ce poème car je le trouve très beau, hors je n'arrive pas vraiment à l'expliquer, quelqu'un pourrait-il m'aider? Merci d'avance.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS