Poème 'Stèle des pleurs' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (du bord du chemin)'

Stèle des pleurs

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (du bord du chemin)"

Si tu es homme, ne lis pas plus loin : la douleur que je porte est si vaste et grave que ton cœur en étoufferait.

Si tu es Chenn, détourne-toi plus vite encore : l’horreur que je signale te rendrait lourd comme ma pierre.

Si tu es femme, hardiment lis-moi pour éclater de rire, et oublie à jamais de t’arrêter de rire,

Mais si tu sers comme eunuque au Palais, affronte-moi sans danger ni rancune, et garde le secret que je dis.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Lyre et délire
    ----------------

    Si tu veux rester loin d’amour et de souffrance,
    Ne lis ces inscriptions, et n’entends ce chanteur ;

    Si dans la Sainte Croix tu mets ton espérance,
    N’écoute les couplets d’un vieil oiseau moqueur.

    Si tu as la douceur d’une innocente muse,
    Ce que tu vois ici est fait pour t’amuser ;

    Si tu es un chercheur que les mythes n’abusent,
    L’accès à ce recueil ne t’est point refusé.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS