Poème 'Moment' de Victor SEGALEN dans 'Stèles (du Milieu)'

Moment

Victor SEGALEN
Recueil : "Stèles (du Milieu)"

Ce que je sais d’aujourd’hui, en hâte je l’impose à ta surface, pierre plane, étendue visible et présente ;

Ce que je sens, — comme aux entrailles l’étreinte de la chute, je l’étale sur ta peau, robe de soie fraîche et mouillée ;

Sans autre pli, que la moire de tes veines : sans recul, hors l’écart de mes yeux pour te bien lire ; sans profondeur, hormis l’incuse nécessaire à tes creux.

Qu’ainsi, rejeté de moi, ceci, que Je sais d’aujourd’hui, si franc, si fécond et si clair, me toise, et m’épaule à jamais sans défaillance.

J’en perdrai la valeur enfouie et le secret, mais ô toi, tu radieras, mémoire solide, dur moment pétrifié, gardienne haute

De ceci… Quoi donc était-ce… Déjà délité, décomposé, déjà bu, cela fermente sourdement déjà dans mes limons insondables.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Moment hasardeux
    ----------------

    Ce que sait aujourd’hui le Maître Segalen, il l’ajoute au Recueil de sa Saveur Plane, Immense et Omniprésente.

    Ce que le Maître sent au fond de ses entrailles, il l’étale sur cette page, lisible par tous les charpentiers de l’Empire. Sans plus de plis qu’un hanneton recommandable, sans plus de recul qu’un Vieux Boeuf, sans plus de profondeur que les yeux de Dipsaca.

    Qu’ainsi, rejeté du Maître, ceci, qu’il savait aujourd’hui, si sombre, si obscur et si noir, contemple cela, et parle pour lui à jamais, sans défaillance.

    Zorglub apprendra, en lisant ce texte, la valeur enfouie et le secret des entrecôtes, et transmettra ce contenu à une musaraigne solide, sans souci des moulinettes pétrifiées.

    De ceci... Quoi donc était-ce... C’est maintenant une Natation scrupuleuse qui fermente assidûment dans les limons recommandables du hanneton.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS